Tedi

Deutsch (DE-CH-AT)Italian - ItalyJapanese(JP)Russian (CIS)Albanian-AL简体中文(中国)Español(Spanish Formal International)English (United Kingdom)



L'équilibre d'un enregistrement

cd6

Un enregistrement rassemble un plus grand nombre d’artisans qu’il n’y paraît. Il arrive que ceux-là se trouvent fortuitement réunis et conjuguent leurs efforts. Parfois leur collaboration est plus intime, s’inscrivant dans le parcours
de leurs vies respectives. C’est le cas de cet enregistrement. Le plus incontournable, Brahms, demeure à la fois très présent et infiniment lointain. Aurions-nous apprécié sa poignée de main ? Son rire ? Aurions-nous été irrités par sa voix, fascinés par son discours ? Impossible de répondre, inversement à sa musique, elle, inscrite dans notre chair, au point de constituer la couleur d’une grande partie de nos vies, dans ce qu’elles ont de plus précieux.

En nous replongeant dans l’univers des sonates avec mon partenaire Philippe Bianconi, cette fois en vue de l’enregistrement, nous avons soudain réalisé que treize années s’étaient écoulées depuis le jour où nous avions commencé à aborder ces œuvres qui furent présentes dès les débuts de notre collaboration. De cette première rencontre commune avec Brahms est longtemps demeurée dans ma mémoire l’immense frustration de ne pas parvenir à trouver sur mon violon, lors d’un concert en Bretagne, la matière sonore que je recherchais dans la 2e sonate. Le souvenir constitua un moteur inépuisable se répercutant par de nombreux changements et trouvailles techniques au fil des ans pour adhérer au mieux à l’univers sonore que l’œuvre m’inspirait. Mais, malgré mes efforts, le déclic de ce projet n’aurait peut-être pas eu lieu sans l’irruption d’un autre artisan, Christian Bayon, luthier, qui m’apportait en janvier 2006 un merveilleux violon qu’il venait de réaliser et m’ouvrait un champ de possibilités sonores concrétisant de longues années de recherche.

Le choix essentiel de l’ingénieur du son et directeur artistique Jean Martial Golaz était moins inattendu. J’ai effectué mon premier enregistrement sous sa direction en 1989. Nous comptons déjà huit enregistrements ensemble. Après tant d’heures de musique et d’évolutions au fil des ans, nous avons développé une confiance et une connaissance de la méthode de travail et des possibilités de l’autre qui rendent bien des choses évidentes. La décision du lieu découlait tout naturellement de notre collaboration : la désormais mythique salle de musique de La Chaux de Fonds est l’espace de prédilection de Jean Martial pour l’enregistrement de ce type de formations. Elle nous a permis une prise de son des plus naturelles, avec un seul couple de micros (Neumann TLM 50) pour les deux instruments, configuration se rapprochant d’une écoute publique depuis la salle.

Le choix du piano s’est également fait dans le dialogue avec Philippe, puis celui de l’accordeur Francis Morin, connaissant parfaitement l’instrument sur lequel se portait notre préférence et avec qui j’avais déjà eu le plaisir de collaborer pour un disque précédent. Quelques semaines avant l’enregistrement après bien des hésitations et comparaisons entre plusieurs archets tous magnifiquement remêchés par mon archetier Edwin Clément à une même date, afin de posséder un degré d’usure identique, mon choix s’arrêtait sur mon Nicolas Maline (19e siècle), qui par la consistance de sa sonorité, sa marge de réserve, se rapprochait le plus à mon sens de l’esprit Brahmsien et des sensations physiques propres à m’y plonger.

L’équilibre d’un enregistrement tient à très peu de chose. On aurait tendance à oublier à quel point en dehors du compositeur et de ses interprètes, il est d’autres vies de sensibilités et de savoir-faire, permettant à une éventuelle magie de faire irruption dans un contexte qui semble l’exclure.

 Tedi Papavrami

 
Nous avons 84 invités en ligne
AccueilSur TediEcrits de Tedi /  L'équilibre d'un enregistrement
Enregistrement
Site Officiel © 2017. Tedi Papavrami.
LOGO-WICFOND-NOIR

Zephir-2010 © Web Informatique Créative

Enregistrement

*
*
*
*
*

Les champs marqués d'un (*) sont obligatoires.