Tedi

Deutsch (DE-CH-AT)Italian - ItalyJapanese(JP)Russian (CIS)Albanian-AL简体中文(中国)Español(Spanish Formal International)English (United Kingdom)



Les Musicales de Colmar PDF Imprimer Envoyer

Tedi_-playel21 mai 2009

Il n'a l'air de rien quand il joue. Masque impassible, posture
de roc, gestes mesurés, puissants et caressants tour à tour,
le violoniste Tedi Papavrami dégage pourtant un magnétisme
impressionnant - qui n'est pas sans rappeler celui de David
Oïstrakh en son temps.

 

Alliant maîtrise et sensibilité musicale, autant dans son agilité de main gauche que dans sa technique d'archet, il impose sa présence avec autant de naturel et de simplicité qu'il projette le son de son violon dans l'espace.

Désormais grand habitué des Musicales de Colmar, Tedi Papavrami ouvre les deux concerts de ce jeudi de l'ascension colmarien, qui hésite entre canicule et pluie diluvienne. En matinée, on le découvre en parfaite harmonie avec le pianiste Peter Laul dans la fameuse Sonate de Franck. Sans nier du tout le caractère un brin mélancolique et fleuri de l'œuvre, les deux complices lui préfèrent toutefois une pudeur pénétrée et taciturne. Alternant austérité et urgence impérieuse, ils mènent un discours en tout point admirable dans lequel l'expression est mise en valeur sans jamais céder à un débordement qui serait dommageable à la fameuse structure cyclique de l'œuvre. Et, lorsqu'arrive la Coda magistrale, brillante et majestueuse, lorsque tout s'éclaire enfin, la gorge est encore serrée de ce voyage qu'ils nous ont fait vivre à notre insu, fait de véhémence irrépressible et de secrets glissements. Jérémie Szpirglas


 

 
Nous avons 57 invités en ligne
AccueilPresseCritiques Concerts /  Les Musicales de Colmar
Enregistrement
Site Officiel © 2017. Tedi Papavrami.
LOGO-WICFOND-NOIR

Zephir-2010 © Web Informatique Créative

Enregistrement

*
*
*
*
*

Les champs marqués d'un (*) sont obligatoires.