Tedi

Deutsch (DE-CH-AT)Italian - ItalyJapanese(JP)Russian (CIS)Albanian-AL简体中文(中国)Español(Spanish Formal International)English (United Kingdom)



"Sarasate"- par David K.Nelson

cd3logofafanre

SARASATE: Spanish Dances: op. 23, no. 2 ("Zapateado");
op. 21, no. 2 {"Habanera"); Zigeunerwelsen. op. 20;
Caprice basque, op. 2;. Carmen Fantasle, op. 25;
PECl: Three Albanian Dances. PAGANINI: Perpetual Motion, op. 11.
Caprices for Solo Violin, op. 1: Nos. 1, 2. 5, 9,18.
Variations "Net cor plu non ml sento."
Tedi Papavrami, vl; Christophe Larrieu pn.

 Tout comme un astronome découvrant une nouvelle comète

 

doit tempérer son envie de le crier au monde entier par le désir de ne pas passer pour un fou, une certaine réserve est essentielle pour le critique de disques. Cependant je pense que j'ai identifié une nouvelle comète et son nom est Tedi Papavrami. C'est un des plus impressionnants enregistrements de virtuosité au violon que j'ai jamais entendu, et encore moins d'un artiste dont je n'avais encore rien entendu dire. Papavrami est né en 1971 en Albanie et c'est son père qui lui a enseigné le violon. Plusieurs professeurs renommés de Paris et de Londres ont policé son éducation comme l'ont aussi fait son travail avec Francescatti et Mullova. Sa technique a la perfection du meilleur de Michael Rabin et dans les musiques de plus difficile virtuosité son approche de l'instrument est exempte de cette désagréable sensation de tension qui fatigue même le plus intéressé des auditeurs. Fondamentalement ses sonorités contiennent de nombreux éléments de l'école russe, mais ont une intensité contenue rappelant Ricci ou Bustabo. Ses caprices de Paganini sont souples, enjoués et d'un beau poli; dans les placements les plus hauts des cordes basses se manifeste une adresse aiguë et vibrante que j'associe à Léonid Kegan et au jeune Tretyakov qui a lui aussi réalisé un splendide enregistrement de ces morceaux. Les doubles arrêts, l'intonation, le pizzicato de la main gauche, les croisements élaborés de l'archer et des cordes, tous sont d'un niveau étonnamment élevé. Mais le plus frappant est son jeu de la musique rapide le Mouvement perpétuel de Paganini (plus rapide qu'Accardo et Rabin), les mesures finales de la Fantaisie de Carmen de Sarasate (plus rapide que Ricci ou Perlman) sont férocement précis. J'ai laissé de coté de nombreux grands noms dans cette revue mais le seul qui se compare au tempos de Papavrami est "H" dans ses grands enregistrements.

 

Toutes les musiques de ce disque sont familières aux amateurs avertis, sauf les airs populaires chauds, sensuels et vaguement orientaux d'Alexandre Peci (né en 1953 en Albanie) qui rappellent la musique de Bloch ou Enesco. Papavrami extrait toutes les ruptures émotionnelles de cette musique. Vraiment, vraiment, vraiment : Papavrami pourrait se révéler maladroit dans Brahms ou Mozart mais j'en doute. Je suppose que je suis enclin à l'hyperbole autant que tout autre, peut-être même plus, mais je recommande très fortement ce CD à quiconque porte un intérêt particulier à la virtuosité au violon.
David K.Nelson - November/December 1990


 
Nous avons 115 invités en ligne
AccueilPresseCritiques CD /  "Sarasate"- par David K.Nelson
Enregistrement
Site Officiel © 2017. Tedi Papavrami.
LOGO-WICFOND-NOIR

Zephir-2010 © Web Informatique Créative

Enregistrement

*
*
*
*
*

Les champs marqués d'un (*) sont obligatoires.