Tedi

Deutsch (DE-CH-AT)Italian - ItalyJapanese(JP)Russian (CIS)Albanian-AL简体中文(中国)Español(Spanish Formal International)English (United Kingdom)



"Edition-E" - Diapason

«Meister der violine».

cd1RAVEL: Tzigane. FAURE: Sonate n° 1.
WIENIAWSKI : Scherzo-Tarentelle.
PAGANINI : Caprices n09 4,6 et 24.
J.S. BACH
: Chaconne de la Partita BWV1004.
Olivier Reboul (piano).

Un premier récital de Tedi Papavrami, publié il y a
trois ans chez Harmonia Mundi (cf. D.-H. n° 362},
nous avait mis l'eau à la bouche.
Nous avions été

 

conquis par l'énergie, par l'intelligence et par la sensibilité de ce jeune violoniste albanais. Ce nouveau disque, au programme très composite, confirme l'ampleur de son talent. On est d'emblée séduit par l'aisance extrême de son jeu, mais plus encore par l'intimité de ses rapports non seulement avec l'instrument mais aussi avec l'esprit de toutes les formes de musique qu'il aborde. Dans Tsigane il sait épouser avec la même subtilité les moments d'ivresse et les instants de rêve, offrant une variété de couleurs, d'attaques et de nuances d'une très séduisante richesse. Il donne à la Ve Sonate de Fauré, aux côtés d'un pianiste brillant, éloquent et raffiné, une fluidité et une allégresse d'une intense poésie. Son archet est aussi agile que puissant, son intonation irréprochable et sa sonorité à la fois ardente et soyeuse. Les timbres de son instrument manquent ici et là de luminosité, mais peut-être n'est-il pas encore en possession du violon de ses rêves. Dans Wieniawski et dans Paganini, sa formidable virtuosité lui donne une aisance expressive que seuls les grands maîtres peuvent atteindre dans un tel répertoire : il en domine toutes les difficultés avec au- tant de panache que de décontraction. Son archet cisèle les traits, sa main gauche court sur le manche sans rencontrer jamais la moindre entrave à sa liberté, et son style, jamais pompeux ni ostentatoire, reste sobre et aère. Si les trilles sont d'une impressionnante régularité dans le 6e Caprice, l'atmosphère en est un peu trop linéaire et manque d'un soupçon de mystère et de fantaisie. Sa lecture de la Chaconne est aussi éloquente que dépouillée. Son archet sait tour à tour faire jaillir les accords sans dureté, ou s'alléger pour laisser respirer naturellement les lignes. Il n'y a rien de péremptoire dans cette vision admirablement construite, mais une fraîcheur et une lisibilité d'une rare subtilité. Un disque magnifique.

 

Diapason :  Jean-Michel Molkhou 


 
Nous avons 40 invités en ligne
AccueilPresseCritiques CD /  "Edition-E" - Diapason
Enregistrement
Site Officiel © 2017. Tedi Papavrami.
LOGO-WICFOND-NOIR

Zephir-2010 © Web Informatique Créative

Enregistrement

*
*
*
*
*

Les champs marqués d'un (*) sont obligatoires.