Tedi

Deutsch (DE-CH-AT)Italian - ItalyJapanese(JP)Russian (CIS)Albanian-AL简体中文(中国)Español(Spanish Formal International)English (United Kingdom)



News


YSAYE, The Complete Sonatas for solo violin PDF Imprimer Envoyer

The Complete Sonatas for solo violin, OP. 27
Sonata for tow violins
Tedi Papavrami & Svetlin Roussev

liens

 
Rencontre avec Tedi Papavrami PDF Imprimer Envoyer

      Rencontre avec Tedi Papavrami

Assez cliché de rappeler que la vie d'un musicien est difficilement dissociable de son art. Celle de Tedi Papavrami l'est peut-être un brin plus que certains autres... Enfant prodige né en 1971 dans l'Albanie tyrannique d'Enver Hoxha, le violoniste n'a que onze ans lorsqu'il débarque seul en France pour parfaire son jeu. Loin des siens et cantonné dans un appartement sordide de l'ambassade d'Albanie, le jeune garçon va logiquement faire de sa musique le refuge nécessaire de sa survie. Et de sa vie... Depuis, Tedi Papavrami a imposé son nom sur la planète violon avec un parcours principalement axé autour du jeu en solo. Le label Zig Zag Territoires vient d'ailleurs de compiler tous ses essentiels enregistrements pour violon seul, parus antérieurement chez Aeon, d'œuvres de Bach, Paganini, Bartók, Scarlatti et Ysaÿe. Une sortie à déguster simultanément avec la lecture de "Fugue pour violon seul", son autobiographie passionnée et passionnante, pleine de pudeur et d'intelligence, parue chez Robert Laffont il y a quelques mois. La plume comme l'écriture ne sont d'ailleurs guère étrangères au violoniste qui est aussi le traducteur de son compatriote écrivain Ismail Kadaré depuis 2000. Cette jeunesse atypique comme ce corps à corps en solitaire avec son instrument, Tedi Papavrami les évoque le temps d'un podcast.

 
Bela Bartok - Johann-Sébastien Bach PDF Imprimer Envoyer

CD-Bartok-Bach-A  Bartok - Bach - Tedi Papavrami

 Bela Bartok, Sonate pour violon
Jean-Sébastien Bach, Fantaisie et fugue pour orgue BWV 542,
Suite pour clavecin BWV 822

Le violoniste Tedi Papavrami nous propose deux de ses propres transcriptions d'oeuvres de Jean-Sébastien Bach (Fantaisie et fugue pour orgue BWV 542 et la Suite pour clavecin BWV 822) encadrant la célèbre sonate pour violon de Bela Bartok : un programme "contrapuntique" la sonate dans les premiers mouvements faisant référence à Bach et à son art du contrepoint. Ces versions sans être dénuées d'émotion s'avèrent très cérébrales. La technique irréprochable du virtuose lui permet de surmonter toutes les difficultés imposées par la transcription, surtout celle de la fantaisie, n'oublions pas que l'organiste joue avec ses quatre membres! Un réel défi que relève brillamment l'interprète. La sonate de Bartok renait dans un style épuré, avec une sonorité sobre sans aucun faste, ce qui lui sied bien. La suite pour clavecin conclue l'enregistrement sur une note plus optimiste. Soulignons outre le talent du violoniste, le travail du musicien pour nous livrer d'aussi bonnes adaptations pour son instrument. - Anne Grafteaux-Géli

 
Fugue pour un violon seul - ResMusica PDF Imprimer Envoyer

Logo-ResMusicaTedi Papavrami, Fugue pour un violon seul

Le 9 avril 2013 par Jean-Christophe Le Toquin

Depuis la chute de la dictature d’Enver Hoxha en Albanie, une des pires qu’a connue l’Europe au XXème siècle, le pays a préféré oublier son passé et ses décennies d’isolement total de 1956 à 1993. Tedi Papavrami lui, se souvient, et il raconte dans son récit « Fugue pour un violon seul » comment il s’est construit musicalement, ce qu’il a subi et ce qu’il doit à ce régime, sa découverte de la France et de l’Occident, sa formation avec Pierre Amoyal, puis les représailles menées contre sa famille quand il est devenu réfugié politique en France avec ses parents en 1985. A l’occasion de la parution de son livre, ResMusica s’est entretenu avec un homme aux talents multiples – il est le traducteur de référence de son compatriote Ismail Kadaré – sans concession pour lui-même. D’une haute exigence artistique, le violoniste s’inquiète des lacunes du système pédagogique actuel. S’il s’impose l’ascèse du travail solitaire devant sa partition de Bach, il sait goûter les avantages de Facebook et publie son livre sur papier mais aussi dans une version musicale pour iPad.

Photo-Tedi-ResMus« Les conservatoires préparent des amateurs éclairés et des théoriciens »

ResMusica: Votre livre couvre essentiellement la période de votre enfance et de votre adolescence en Albanie puis quand vous découvrez l’Occident. Pourquoi l’avoir écrit maintenant ? C’était le temps nécessaire – une vingtaine d’années – pour évoquer la dictature d’Enver Hoxha ?
Tedi Papavrami : Je traduis les livres d’Ismail Kadaré et je souhaitais écrire, mais ce projet m’est venu de manière extérieure. J’ai été contacté par Robert Laffont, et en réfléchissant j’ai pensé que j’avais le recul nécessaire par rapport au temps qui s’était écoulé, et qu’en m’engageant j’irais jusqu’au bout. Que je ne laisserais pas tomber au premier découragement.

RM : Ce livre un témoignage sur une des pires dictatures européennes de l’après-guerre, sur l’apprentissage musical d’un enfant, il contient aussi des réflexions sur la musique,et il est publié par un éditeur grand public. A qui s’adresse-t-il ?
TP :
J’ai été très libre, et j’ai écrit ce que j’ai cru bon. Le PDG de Robert Laffont, Leonello Brandolini, est un mélomane, pianiste amateur, et il avait un intérêt pour un récit de vie, avec la politique, l’ancien régime. Il aurait voulu que j’accentue l’aspect didactique de la musique et que je réduise les souvenirs sur l’Albanie, mais je ne veux pas m’adresser qu’aux violonistes.

RM : Profitant d’une autorisation exceptionnelle du régime, votre père arrive à vous rejoindre vous et votre mère en France et vous décidez de ne plus rentrer, ce qui déclenche des représailles sur votre famille restée au pays. Vous reproduisez un courrier d’un oncle qui vous décrit en 2012 et pour la première ce qu’il a subi. Votre famille n’avait jamais raconté ce qu’elle avait subi, les déportations, les travaux forcés dans une mine… C’est le livre qui a été le déclencheur de cette parole et de cette mémoire ?
TP : Oui, ça m’a paru intéressant d’avoir ce témoignage et de reproduire cette lettre, pour changer de narrateur. Ça a été une découverte douloureuse, même si j’imaginais ce qu’ils avaient subi. Il n’y avait pas de souhait de leur part d’en parler. Même ma mère a reçu le document et a appris par lui ce qui s’était passé. Elle n’avait pas évoqué ces événements avec son frère.

Lire la suite...
 
<< Début < Précédent 1 2 3 Suivant > Fin >>

Page 2 sur 3
Nous avons 41 invités en ligne
Accueil /  News
Enregistrement
Site Officiel © 2018. Tedi Papavrami.
LOGO-WICFOND-NOIR

Zephir-2010 © Web Informatique Créative

Enregistrement

*
*
*
*
*

Les champs marqués d'un (*) sont obligatoires.